Cherchez l\'erreur !

Cherchez l\'erreur !

Roland Alexandre - vie et théâtre

 

 

"L'oubli est un affreux voleur" dit une chanson !

 

r a.jpg
 

 

 

Cet article est un peu à part sur ce blog !

 

Contrairement aux autres, il ne relate pas des erreurs de casting mais il répare tout de même les erreurs de l'oubli...

 

 

 

 

 

Il y a quelque temps, j'ai rendu hommage sur le site de  l'encinémathèque  à un comédien disparu tragiquement le 1er février 1956, à Paris, alors qu'un brillant avenir s'ouvrait devant lui.


Il s'appelait

 Roland Alexandre

 

//encinematheque.fr
rubrique polvere di stelle
tableau - 4 destins tragiques N °11

 

Il s'agissait d'un  jeune premier qui faisait les beaux jours de notre Comédie Française 

 

Cette page, sachez le,  me valut des messages de sympathie très touchants si l'on réalise que plus de 50 ans après sa disparition,
on se souvient encore de lui.

En comptant toutes les pages que j'ai pu composées sur le web à son propos, je pense approcher (sinon dépasser)
les 10 000 visiteurs.

Un correspondant  m'a témoigné  son émotion,  lorsqu'Aimé Clariond, doyen de la glorieuse institution annonça la triste nouvelle, avant la presse, au public atterré de la Salle Richelieu, entouré de toute la troupe des comédiens,  tous effondrés de chagrin ... Ce visiteur était dans la salle...

 

Un autre m'a évoqué les titres des grands journaux du lendemain ! Dans le métro, les gens se passaient la une des quotidiens et tous pleuraient...

Plusieurs autres m'ont parlé de son immense talent d'acteur, capable de tout jouer... sur scène et sur écran .

 

 

 

 

 

Je n'étais qu'une petite fille de 8 ans lorsqu'il a choisi de partir mais je me souviens que mes parents l'appréciaient ; ils avaient eu la chance de le voir sur la scène du Français  dans le rôle de Léandre - (les fourberies de Scapin  de Molière.) Ils avaient bien sûr été touchés par  sa disparition dramatique...

 

Ce comédien que je n'ai découvert que par la télévision (Le Grand Patron) puis par les cassettes et enfin les DVD , j'ai eu envie qu'il reste dans la mémoire collective des amateurs de théâtre et de cinéma.

 

Aussi, j'ai choisi de lui réserver une place sur ce blog, comme je le ferai pour d'autres artistes trop vite oubliés et qui auront suscité une affection spontanée !

 

 

 

 

 

Appel !

 

 

 

Je lance un appel à tous ceux, celles qui voudront s'exprimer à son propos, à ceux qui pourront me faire parvenir des photos, des articles, des témoignages ... Un grand merci d'avance !

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

 

 

 

En attendant, retrouvons-le durant sa bien trop courte carrière...

 

NB : ce blog sera complété au fur et à mesure de mes découvertes... 
et des vôtres !  

 

 

 

Roland a également sa page sur le site "les gens du cinéma" 
depuis le 22 octobre 2010.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un d'entre vous avait suggéré un petit hommage au cimetière Montparnasse, pour la date de son décès 
le 1er février !

je n'étais pas à Paris !

Mais dernièrement, j'ai pu  sur la tombe, retrouver Claude, un fidèle admirateur des comédiens de la maison de Molière, dont Roland  et nous avons pu rendre ensemble un petit hommage à l'attachant héros du présent blog.

Merci Claude, pour cet échange chaleureux et sympathique.

Je continue ma recherche de documents !

n'hésitez pas à prendre contact pour des témoignages, photos, documents

Amis visiteurs, si vous le pouvez, rendez vous sur sa tombe pour y apporter des petits cailloux, ou une petite fleur, afin qu'il soit visité et ne soit jamais abandonné.

Un grand merci affectueux à Madame Clarionde Sully pour sa gentillesse et son  belle évocation de Roland Alexandre, tout de blanc vêtu dans les Amants Magnifiques (voir un peu plus bas) . Une pièce qui l'a enchantée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 "Ce qui importe à l'espérance des hommes, c'est de savoir qu'aucune vie ne laisse derrière elle la Terre semblable à ce qu'elle aurait été sans le sillon que son passage a creusé …"

Louis de la Bouillerie

 

 

 

 

  

 

Roland Alexandre prêtait sa voix à des enregistrements de textes classiques  à la radio.

Pour retrouver la voix de Roland, cliquez sur les extraits disponibles sur deezer !

Il assure les présentations des 5 actes de Ruy Blas de Victor Hugo

 

 

 

 

Découvrez la playlist Nouvelle playlist avec Roland Alexandre

size=6>



Biographie

 

 

 

 

 

Roland Alexandre naît à Paris, dans le 12e arrondissement,  le 6 novembre 1927. Son père Charles a déjà 47 ans. Sa maman, Marthe Bergstrasser va mourir en 1928, à l'âge de 41 ans, alors que son petit garçon est encore très jeune. Un premier grand  malheur dans sa vie.

Ses deux parents sont de confession juive.

Roland va être élevé par sa belle-mère, elle même de religion chrétienne,  seconde épouse de son papa.

Il aura un jeune demi-frère.

Roland suit sa scolarité dans la capitale et très vite pense au théâtre pour lequel semble-t-il il a de réelles dispositions.

 

Pour se financer ses cours, il fait mille petits boulots : plonge dans des restaurants, vélo-taxi... d'autant que c'est la guerre...

Bientôt l'horrible arrive dans sa vie... Les nazis  obligent les juifs à porter une étoile jaune. Il est repéré et doit obtempérer. On peut imaginer le bouleversement dans sa tête, lui qui a été élevé dans une autre religion, et qui  réalise dans des conditions dramatiques qu'en fait, de par sa naissance, il appartient à une autre !

 

Dans les dernières années de la guerre, il reprend pour une tournée à travers la France, le rôle de François Périer dans les J3, c'est sans nul doute un de ses premiers rôles devant un public.

Après la guerre, il passe avec succès les épreuves du conservatoire

 

 

 

 

 

photo datant de 1948 - Roland Alexandre, Robert Hirsch, Bernard Noël, Paul Abram et Pierre-Aimé Touchard

 

 

 

 

 

Reçu premier en présentant une scène d'Hamlet, le voici en compagnie d'un de ses professeurs Henri Rollan .(1949)

 

 

 

.

 

 

Il est charmant et charmeur, naturel, souriant...

Il va d'abord jouer quelques pièces  sur des scènes parisiennes

 

 

 

 

 

 

Comédien de théâtre

 

 

 

 

 

Miss Mabel
au théâtre Saint-Georges en 1949

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

r a 006.jpg

 

Jean Brochard assis 

 

 

 

 

 r a 005.jpg

-:-:-:-

 

L'Absent


Nous n'avons pour le moment aucun élément sur cette pièce jouée en 1949-1950 ? C'est Roland Alexandre lui-même qui l'évoque dans un article de 1952. N'hésitez pas à me donner des précisions si vous connaissez cette pièce.

 

 r alexandre.jpg

-:-:-:-

Un grand merci à Michel Paintrand qui a su retrouver cette capture de la pièce l'absent.  

 

 

 

 

 

 

Jean Richard est mandaté pour assurer une présence culturelle française en Allemagne, à Baden-Baden.

Roland Alexandre ira y jouer


l'Arlésienne


et sera Frederi qui se meurt d'amour pour sa belle arlésienne.

en 1950 avec

Antoine Balpêtré, Sansom Fainsilber, Antoinette Moya

 

 

-:-:-:-:-:-

 

 

Georges et Margaret

 

 

1950 - Théâtre Daunou
Mise en scène de Jean Wall

Roland Alexandre (Roger Trampton)

et Denise Grey, Brigitte Auber,
Michel François, Jacques Harden
 






 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1950  il est appelé à la Comédie Française,  d'abord comme pensionnaire, Pierre-Aimé Touchard étant administrateur.  

Il a 22 ans !

 

 

 

 

 

Roland Alexandre , dans les couloirs de la maison de Molière

 

 

Dans la pièce d'André Gide


Les Caves d
u Vatican


mise en scène  par Jean Meyer
Roland Alexandre  est Lafcadio.
C'est l'auteur lui-même qui l'aura choisi  !

Ce sera donc une création

 

 

 

 

Justement !  le voilà avec André Gide

 

 

 

 

 

Les caves du Vatican

13 décembre 1950 - Comédie française
Mise en scène Jean Meyer

 

 

 

Paris Match - n°92 - 23 décembre 1950

 

 

Lafcadio : Roland Alexandre

Julius:Henri Rollan
Juste : Jean Yonnel
Anthime : Georges Vitray
Amédée : Georges Chamarat
Protos : Jean Meyer
Marguerite :  Berthe Bovy
Geneviève :  Renée Faure
Véronique Germaine Rouer
Arnica : Andrée de Chauveron
Mme de Saint-Prix : Beatrice Bretty
Carola : Jeanne Moreau
Bertha : Jacqueline Duc
Les Récitants : Paul Emile Deiber,
Teddy Billis et Jean-Louis Jemma
Un larbin : Michel Vadet
Un laquais : Marcel Lemarchand
Un sommelier : Christian Asse
Un domestique : Roland Jouve
Un facchino : Jean Paul Roussillon

+ 5 personnages muets - figurants

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours incarnant  Lafcadio

 Cette pièce sera jouée 80 fois.

 

 

 

 

-:-:-:-:-

 

et puis...

 

La robe rouge 

d'Eugène Brieux

10 janvier 1951 - Comédie Française

Mise en scène : Jean Meyer
avec Roland Alexandre, Jean Debucourt.

Roland Alexandre tient le rôle de "Maître Placet" et joue en alternance avec Jean Piat 

 

 

-:-:-:-:-

 

 

Un conte d'hiver

de Shakespeare
20 mai 1951 à la comédie française

Mise en scène de Julien Bertheau

avec Roland Alexandre dans le rôle de Florizel, en alternance avec André Falcon
avec aussi  Jean Davy

 

 

-:-:-:-:-

 

Le chevalier Canepin

 

d'Henri Duvernois

30 mai 1951 - Comédie Française
Mise en scène de Jacques Charon

avec Roland Alexandre dans le rôle du Chevalier,
 Georges Chamarat, Marco-Béhar et Gisèle Casadesus

 

 

 

 

 

-:-:-:-:-

 

Le Veau Gras


de Bernard Zimmer

24 octobre 1951 - Comédie Française
Mise en scène Julien Bertheau,
Roland Alexandre dans le rôle de Gaston

 


Georges Baconnet, Claude Rich, François Vibert, Berthe Bovy,
et Robert Hirsch que l'on voit sur la photo

 

 

 

-:-:-:-:-:-

 

Britannicus

de Racine

mise en scène de Jean Marais

à partir du 14 janvier 1952 jusqu'au 11 mai 1953

avec Jean Marais,  Renée Faure, Marie Bell,
Maurice Escande, Jeanne Boitel

Roland Alexandre y joue le rôle de Britannicus
en alternance avec Pierre Gallon et Jean-Louis Jemma.

 

 

Roland Alexandre (Britannicus) Renée Faure et
Jean Marais dans le rôle de Néron.

 

 

 

 

 

-:-:-:-:-

 

Hernani


 de Victor Hugo 

26 février 1952 - Comédie Française

Mise en scène : Henri Rollan

Roland Alexandre dans le rôle de Don Carlos,
avec Jean Yonnel, Jacques Seyres, André Falcon

 

 

 

 

-:-:-:-:-

 

 Le Curé espagnol

de Roger Ferdinand
3 juin 1953 - Mise en scène de Jean Meyer

avec Jean Piat

 

 

 

-:-:-:-:-:-

 

Le voyage à Biarritz

 

 

de Jean Sarment
Mise en scène de l'auteur

28 juin 1952 - Comédie Française
avec Roland Alexandre dans le rôle de Charles
en alternance avec Jean-Louis Jemma
avec Georges Chamarat - - Micheline Boudet
Charles Millot

 

-:-:-:-:-

 

Un Voyageur


de Maurice Druon
25 novembre 1953 - Comédie française

Mise en scène : Jean Piat

Roland Alexandre dans le rôle du Voyageur
Robert Manuel - Marie Sabouret



Robert Manuel - Roland Alexandre

 

 

 

 

Roland Alexandre et Marie Sabouret,
deux pensionnaires du Français, tous deux bien trop vite partis

 

Monsieur Michel Paintrand nous rappelle que cette pièce a été jouée
à la télévision un samedi soir 54/55

voici une capture de cette pièce à la télévision

 

-:-:-:-:-

 

Les fourberies de Scapin

 

de Molière

A partir du 5 novembre 1952

Mise en scène de Jean Meyer

Léandre : Roland Alexandre
et
Scapin :
Jean Meyer
Argante : Georges Baconnet
Géronte : Denis d'Inès
Octave :
Jacques Clancy
Sylvestre :
Robert Hirsch
Zerbinette : Micheline Boudet
Hyacinthe : Nelly Vignon
Nérine :
Denise Gence

 

 

-:-:-:-:-

 

 

 

Roméo et Juliette

 

de Shakespeare
1er janvier 1953 - Comédie française
Mise en scène : Julien Berthau

Roland Alexandre : Le prologue
Renée Faure/Mony Dalmès : Juliette
André Falcon : Roméo
et aussi  Bernard Dhéran

 

-:-:-:-:- 

 

On ne badine pas avec l'amour

 


d'Alfred de Musset
25 mai 1954 - Comédie Française
Mise en scène Maurice Escande

avec Roland Alexandre - Perdican
Hélène Perdrière - Camille

 

 

 

Roland Alexandre et Hélène Perdrière

 

 

 

 

Georges Chamarat, Roland Alexandre, Servière,  
Hélène Perdrière, et Berthe Bovy derrière

 

 

Roland Alexandre et Hélène Perdrière

 

 

 

r a 008.jpg
 avec les petits figurants

 

-:-:-:-:-

 

Les amants magnifiques

Molière
20 octobre 1954 - Comédie Française

Mise en scène : Jean Meyer

Roland Alexandre dans le rôle de Sostrate
avec Jacques Charon, Annie Ducaux, Renée Faure, Robert Hirsch

 

 

 

 

-:-:-:-:-:-

 

Elizabeth,  la femme sans homme


11 mai 1955 -  mise en scène Henri Rollan

Roland Alexandre dans le rôle d'Essex

Bernard Dhéran, Annie Ducaux, Robert Hirsch,
Hélène Perdrière, Claude Winter, Louis Eymond, Gilbert Guiraud,
Maurice Porterat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roland Alexandre et Bernard Dhéran

 

-:-:-:-:-:-

 

Son dernier rôle


Clitandre

 

 

 les Femmes Savantes

 

 

Mise en scène Jean Meyer

avec Micheline Boudet, Lise Delamare, Hélène Perdrière, Annie Girardot,
Jacques Charon, Robert Hirsch, Maurice Escande et Henri Rollan

Sa doublure, Jean-Louis Jemma puis par la suite Jacques Toja  reprendront  son rôle après son décès.

 

 

 

 

 devant Andrée de Chauveron. (1955-1956)

 

 

 

de gauche à droite, Lise Delamare, Micheline Boudet, Jean Debucourt,
Maurice Escande, Georges Baconnet, Andrée de Chaveron, Roland Alexandre et
Renée Faure

 

oOo

 r a et charron2  les femmes savantes.psd.jpg

 

 

 

 

 

 

Un jeune premier qui a le vent en poupe !

 

 

 

 

 

 

Décrété l'homme le plus élégant en 1954
avec le comédien Fernand Gravey.

 

 

Pommes d'or amusantes pour les deux dandys !

 

r a 013.jpg
 

 

 

A la suite de cette amusante Pomme d'Or,
la presse de mode masculine fera appel à lui pour jouer un temps le mannequin !

Il nous présente ainsi toute une déclinaison de gilets élégants...

 

r a 010.jpg
 

 

 

r a 011.jpg

 

 

 

r a 012.jpg

 

 

 

 

Roland et toutes ses chaussures ! Un vrai dandy ... 

 

 

 r a 002.jpg

 

 

Auteur

 

Roland Alexandre aura écrit un roman policier
en le co-signant avec son papa Charles Alexandre

 

C'est moi qui l'ai tué

Editions Sagedi
Paru en 1946

 

 

 

 

 

Les derniers souvenirs !

 

Roland Alexandre participe
au 65e gala du journal "Cinérevue" en novembre 1955,

au cinéma Marivaux : 

"Roland Alexandre, évadé du voisinage d'"Elizabeth, la Femme sans homme"
que la Comédie Française représentait au Théâtre du Parc, fut interrogé au sujet de ses activités.
Il égrena une impressionnante série de titres de pièces et de films et fut longuement acclamé."

 

article et photo parus dans le cinérevue du 9 décembre 1955.

 

 

 

 

 

Voici une des dernières photos de Roland, il est costumé mais à ce jour je n'ai pu repérer la pièce qu'il jouait.
Cette couverture de magazine date du 11 décembre 1955, un mois et demi avant son décès.

 

 

 

 

 

Au réveillon 55/56, Juliette Gréco est sa cavalière dans une soirée costumée, il s'est déguisé en apâche !

 

 

 

 

La tragédie

 

Qu'a-t-il pu se passer dans la tête de cet attachant  jeune acteur , pour en arriver à une aussi dramatique et aussi définitive démarche en ce sinistre 1er février 1956 ?

Un immense chagrin -le décès de son papa qui était si proche de lui-, des ennuis financiers à cause de projets professionnels avortés, et de dettes de jeu,  des soucis sentimentaux, un sentiment d'insécurité dû au fait qu'il quittait la Comédie Française pour un théâtre plus libre peut-être mais plus aléatoire...

Tout se sera accumulé dans son esprit, entraînant un mal être trop insupportable ...Il aura préféré s'en aller retrouver son père.

Dans la lignée des romantiques douloureux , Roland Alexandre reste dans nos mémoires comme un éternel prince charmant du théâtre et du cinéma.

 

 

 

 

rue de Miromesnil - dernière résidence de Roland Alexandre,
au rez-de chaussée.

 

 

Les témoignages

 

 

 

 

 

 

 Merci à Michel Paintrand, pour ses prêts de documents

 

 

 

 

Anne Vernon

 

Il était un talentueux jeune premier du Français, charmant, drôle...Nous avons bien ri ensemble avec Robert Hirsh, Jacques Charron...Après sa décision de quitter le Français, il était "insécure" ; il s'attachait à trouver une bonne pièce, pour continuer sa carrière, mais se montrait très exigeant...C'était un ami... 

 

 

 

 

Bernard Dhéran

 

(extraits de "Je vais avoir l'honneur...")

 

...Le rôle d'Essex (il s'agit de la pièce Elisabeth, la femme sans homme) était tenu par un jeune premier au charme ravageur qu'on s'arrachait déjà à la scène, à l'écran...à la ville.

Il était séduisant, désinvolte, spirituel. Il avait tous les dons et une facilité innée. Au Français, il fut tous les jeunes premiers et, entre autres, Lafcadio, dans la création des Caves du Vatican d'André Gide. C'était un joueur dans tous les sens du terme.

Il traînait tous les coeurs après lui...Il était promis à une vie, à une carrière éclatante.

Une nuit de déprime, à la suite de la mort de son père, de son départ du Français pour les aléas du Boulevard, de ses dettes de jeu, après avoir tenté en vain de joindre deux de ses élues, dans un élan de cabotinage sublimé, il ouvrit le gaz "pour jouer", comme on téléphone entre deux scènes, comme on flambe au poker, comme on joue à la roulette russe. Epuisé dans son corps et dans sa tête, il n'a pas résisté, il s'est éteint.

Il était mon ami.
Il s'appelait Roland Alexandre.

 

 

 

 

Dans notre souvenir pour toujours

 

 

Voici l'hommage rendu par
Pierre Descaves

administrateur de la Comédie Française en 1956

 

 

 

 

 

 

 

un portrait posthume de Roland Alexandre
en habit de Clitandre dans

Les femmes savantes (1956)

la gravure est signée A. Bilis

 

 

 

 

 

 

Un de nos visiteurs nous a évoqué sa tombe au cimetière Montparnasse.

(voir rubrique commentaire à la fin de l'article)

Je m'y suis rendue pour un simple hommage et j' ai pu constater avec un certain soulagement que sa stèle n'était pas abandonnée comme on avait pu le craindre.

 

 

 

 

 

 

Amis visiteurs de cet article consacré à Roland Alexandre, n'hésitez pas à lui rendre à votre tour un petit hommage...apportez une petite fleur ... laissez un petit caillou...de façon à ce qu'il ne soit pas oublié. Je ne suis à Paris que de temps en temps ...

Roland repose avec son papa, sa maman et d'autres membres de sa famille.

 

 

Pour trouver la tombe de Roland, entrez dans le cimetière Montparnasse, par la rue Froidevaux. Empruntez la rue Emile Richard et franchissez l'entrée sur votre droite.

Vous avez à votre gauche la 25e section. Repérez une tombe avec un ange sculpté vert bronze. Vous passez derrière cette tombe et empruntez la petite allée  en partant vers la droite. Tournez à gauche juste devant la tombe de Mme Azoulay et descendez l'allée pendant  environ 50 m ; la tombe de Roland est sur votre gauche.

 

 

Une tombe est l'endroit où l'on peut se recueillir, communiquer avec ceux qui sont partis avant nous.

 

 

 


Mais gardons de Roland son éternel gentil sourire, c'est comme cela qu'il continuera à exister dans notre mémoire ...

 

 

 



22/03/2010
21 Poster un commentaire