Cherchez l\'erreur !

Cherchez l\'erreur !

4 - Les erreurs ou interrogations diverses

Cet article recensera toutes les erreurs, confusions ou interrogations que nous trouverons au fur et à mesure de nos recherches et qui n'entrent pas dans les catégories prévues pour les articles précédents :

 

 

11e - confusion

 

Sur le Web est proposée une photo que vous voyez ci-dessus. Il s'agit du film "Le domino vert" On y reconnaît Maurice Escande et Danièle Darrieux. La légende indique Marc Valbel à droite. Or il n'est indiqué dans aucune filmographie pour une apparition dans ce film. Je viens de le visionner et ai pu constater dans les plans suivants qu'il ne s'agit pas de Marc Valbel.

 

voyez ! c'est le même acteur, debout qui a terminé le portrait.

Le comédien figurant n'est pas nommé dans les génériques.

10e interrogation

 

Plusieurs parmi nous pensaient avoir reconnu à droite de la photo la comédienne Marguerite Pierry, une habituée des films de Sacha Guitry.

Or un éminent spécialiste des films du Maître nous affirme qu'il ne s'agit pas d'elle. Nous sommes perplexes ! alors qui est cette actrice ?

Le film est 'la règle du jeu" - 1953 - Robert Siodmak

 

 

 

 

9e confusion

Elle vient du film "Son  dernier Noël", film de Jacques Daniel Norman, avec Tino Rossi en vedette (1952)

Deux petites filles jouent dans ce film : la plus connue de l'époque était la petite Marie-France. Elle est Zita, une gamine que tout le monde rejette car sa mère danse dans un cabaret.

On lui attribue souvent le rôle de la petite leucémique pour qui Tino Rossi va oeuvrer pour un Noël anticipé. C'est la petite Yannick Malloire qui tient ce rôle (choisie par Sacha Guitry dans Napoléon et par Jean Delannoy dans Marie-Antoinette pour être Mme Royale).

 

Marie France dans "Son dernier Noël"

 

Yannick Malloire dans le rôle de la petite leucémique du film "Son dernier Noël".

 

8e confusion

 

Elle est relative au  talentueux comédien qu'était

Michel Auclair.

Presque toutes les biographies le concernant annoncent sans hésitation et sans que cela ne pose problème , qu'en 1947, il devient co-directeur avec Marcel Herrant du théâtre des Mathurins.

Il s'agit d'une énorme confusion !

Réalisez ! en 1947, Michel Auclair a 25 ans ! Il débute sa carrière ! Il ne va pas être co-directeur d'un théâtre alors qu'il n'a pas encore fait ses preuves.

 

Voici Michel Auclair, tel qu'il apparaît 7 ans plus tard dans le film de Sacha Guitry, "Si Versailles m'était conté". (1954).

 

 

En 1947, le théâtre des Mathurins est dirigé par le tandem Marcel Herrant et Jean Marchat. C'est le royaume de Maria Casares et un tout jeune Jean Carmet  y balbutie ses premiers pas de comédiens.

Il se trouve que Jean Marchat est l'oncle (côté maternel)  de Michel Auclair, et tout naturellement, cet oncle va l'aider à démarrer sa carrière. Il jouera certes au théâtre des Mathurins et Maria Casarès l'évoque dans son autobiographie, se rappelant avec tendresse la figure poupine de Michel ! "Un bébé" confiera-t-elle !

En aucun cas, Michel n'a été co-directeur du théâtre des Mathurins !

Cinéphiles de tous horizons !, je vous en prie, ne recopiez pas systématiquement, sans vérifier un tant soit peu les informations qu'un biographe peu sérieux aura écrites rapidement. Les fausses informations se propagent et ont la vie dure.

Cette fausse information vient  certainement d'une mauvaise lecture de l'excellent article d'Yvan Foucart dans son dictionnaire des comédiens français disparus,  cinéphile qui lui ne se trompe pas !  

 

7e confusion

Dans les principales filmographies, concernant le film "Mademoiselle Strip-Tease" avec Philippe Nicaud et Agnès Laurent, on trouve le nom de la comédienne Tanya Soucault dans le rôle de la photographe. Or le rôle est tenu par l'actrice Picolette.

 

voici la preuve :

Philippe Nicaud et Picolette

 

6e confusion

Sur plusieurs filmographies, on évoque  le film "Papa, Maman, la Bonne et moi, de Jean-Paul le Chanois, en attribuant à la comédienne Alix Mahieux, le rôle de la petite fille, "Sylvie", nièce qu'élève Catherine alias Nicole Courcel.

 

La petite Sylvie dans le film !

 

Impossible ! Alix Mahieux est née en 1923 (référence donnée par le site "les gens du cinéma" et le film est sorti en 1954 !

Dans le film elle a donc une trentaine d'années.

Grâce à Jean-Yves, un fidèle visiteur, nous avons pu la repérer dans les scènes du spectacle de la dame aux camélias, vers la fin du film.

 

Alix Mahieux, souriante entre Hubert Deschamps et Fernand Ledoux

 

 

5e confusion

Elle concerne le film de Jacques Becker : "Rendez-vous de juillet." 

Dans toutes les filmographies, on signale l'actrice Louise Colpeyn comme incarnant la mère de Christine, alias Nicole Courcel.

Impossible !

Louise Copeyn n'avait que 31 ans et on la repère facilement dans un autre rôle ; elle est la maîtresse du personnage joué par Philippe Mareuil.

Voici d'ailleurs la preuve !

 

Bernard Lajarrige, Louise Colpeyn et Philippe Mareuil

Interrogation

Par contre, on s'interroge sur l'identité de la comédienne qui interprète le rôle de la mère de Nicole Courcel et dont voici la photo. Si vous avez une idée ...

la comédienne mystérieuse, que nous aimerions identifier ...

 

Un de nos fidèles visiteurs (voir son commentaire tout en bas de la présente page) nous propose l'actrice Denise Péronne.

Nous avons bien repéré cette comédienne dans le film. Elle joue le rôle de la cliente du salon de coiffure tenu par "le père" de Brigitte Auber.

 

Brigitte Auber , Denise Péronne et Paul Villé

 

4e confusion

Le comédien Paul Frankeur est souvent crédité d'un rôle dans la Cage aux Rossignols de Jean Dréville ! Erreur ! Il ne s'agit pas de lui dans cet opus mais du comédien Richard Francoeur.

Richard Frankeur dans La Cage aux Rossignols (1944)

 

 

 

3e confusion

 

Evoquons le film : Un grand Patron (1951) d'Yves Ciampi

Dans ce film dont l'action se passe principalement dans un hôpital, il y a une infirmière surveillante dont le rôle est tenu par Georgette Talazac. Dans l'intrigue, cette surveillante s'appelle Madame Martin,  (plusieurs fois nommée par Pierre Fresnay , le grand patron).

Voici la photo de Georgette Talazac dans ce film.

 

 

Par ailleurs, Le grand patron pratique une greffe de rein sur une de ses patientes, Madame Berger, incarnée par la comédienne Marguerite Garcya, (photo ci-dessous).

 

de gauche à droite, à moitié caché, Roland Alexandre,  Bernard Hubrenne, Claude Nicot, Marguerite Garcya et Pierre Fresnay.

 

Toutes les filmographies que j'ai pu trouver sur ce film font un mélange savant de ces deux personnages, Marguerite Garcya devenant Mme Martin ...de quoi s'y perdre !  

 

 

2e confusion et que l'on retrouve fréquemment

 

Les comédiens Guy Henri et Marcel  Bernier sont tous les deux sur le générique de Ne nous Fâchons pas de Georges Lautner !

A notre connaissance, seul Marcel  Bernier paraît, dans le rôle de Marcel, l'homme au service de Michel Constantin.

Merci à Christian Grenier de nous l'avoir signalé.

Voici une image du film , le montrant :

 

Comme l'indique Wikipedia, ces deux acteurs sont souvent confondus ! Par contre, nous,  nous trouvons qu'ils se ressemblent tout de même un peu  !

Voici Guy Henri dans le film Chiens perdus sans collier (Jean Delannoy) face à Jean Gabin 

Guy Henri face à Gabin

 

 

 

 

 

1ere confusion

Elle a pour origine le film Le Gardian

Il est courant de trouver dans toutes les filmographies que le débonnaire et jovial comédien Pierre Mirat y a fait ses débuts dans le rôle du curé.

Impossible !

Regardez

 

 

 

*

voici le curé du film "le gardian" et on reconnaît le comédien Arnaudy !

 

Par contre, Pierre Mirat, effectivement fait bien ses premiers pas dans le 7e Art grâce à ce film, mais dans un rôle de figurant !

Le voilà, à 23 ans , face à Henri Arius

 

 

 

 

 



31/01/2010
9 Poster un commentaire